J’ai soupé en humant l’odeur des soupiraux d’où s’exhalaient les fumets des viandes et des volailles Rimbaud Arthur

J’ai soupé en humant l’odeur des soupiraux d’où s’exhalaient les fumets des viandes et des volailles rôties des bonnes cuisines bourgeoises de Charleroi.
Correspondance, 8 octobre 1870
Citations de Arthur Rimbaud
Arthur Rimbaud

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.