J’ai de la sympathie pour les vieillards qui savent encore s’étonner. Valyère Marie Pochet Neveux, dite Marie

Ajouter un commentaire

J’ ai de la sympathie pour les vieillards qui savent encore s’ étonner.
Heures grises (1887)
Citations de Marie Pochet Neveux, dite Marie Valyère
Marie Pochet Neveux, dite Marie Valyère

Laisser une réponse