J’ai d’autant plus horreur de travailler pour rien que, ce faisant, je prive les confrères pratiquan Bouvard Philippe

J’ai d’autant plus horreur de travailler pour rien que, ce faisant, je prive les confrères pratiquant le bénévolat d’un des plaisirs les plus purs qui soient.
Mille et une pensées (2005)
Citations de Philippe Bouvard
Philippe Bouvard

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.