Il déambulait charrié par la foule, parfois stationnaire comme une épave abandonnée par les flots su Queneau Raymond

Ajouter un commentaire

Il déambulait charrié par la foule, parfois stationnaire comme une épave abandonnée par les flots sur la grève, puis de nouveau déambulant, comme repris dans le bouillonnement d’ une charge triomphante des vagues.
Pierrot mon ami (1942)
Citations de Raymond Queneau
Raymond Queneau

Laisser une réponse