Il avait en effet coutume de soutenir que la mémoire de l’artiste ne réside pas dans sa main, mais d Pamuk Orhan

Ajouter un commentaire

Il avait en effet coutume de soutenir que la mémoire de l’ artiste ne réside pas dans sa main, mais dans son coeur et dans son âme, et déclarait même que c’ est une fois devenu aveugle qu’ il avait pu enfin contempler les vraies images de la nature.
Mon nom est Rouge (2002)
Citations de Orhan Pamuk
Orhan Pamuk

Laisser une réponse