Et si par un jaloux je me voyais contrainte,
J’aurais fort grande pente à confirmer sa crainte. Molière Jean-Baptiste Poquelin, dit

Ajouter un commentaire

Et si par un jaloux je me voyais contrainte,
J’ aurais fort grande pente à confirmer sa crainte.
L’Ecole des maris (1661), I, 2, Lisette
Citations de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière
Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière

Laisser une réponse