Et ce qui me fait souffrir, ce n’est pas tant la mort d’un amour que celle d’un être vraiment vivant Sauvageot Marcelle

Et ce qui me fait souffrir, ce n’est pas tant la mort d’un amour que celle d’un être vraiment vivant que nous avions créé l’un et l’autre, que peut-être moi j’avais créé seule… Cet être était une union de vous et de moi, tels que nous nous voulions l’un et l’autre. C’était vous comme j’avais besoin que vous fussiez ; non pas un admirateur de ma personne comme vous avez prétendu, mais un homme qui m’aimait ; qui, à cause de cet amour, trouvait de l’intérêt à tout ce qui venait de moi ; devant lui, je pouvais avoir tous mes défauts et toutes mes qualités ; je pouvais me laisser aller au désordre… ce désordre lyrique et inattendu où tous les instincts se livrent en paroles et en cris pour ensuite permettre aux sûres directions de l’âme de retrouver la route et de continuer. Et j’imaginais qu’aucun de ces abandons ne troublait votre amour et votre confiance.
Laissez-moi
Citations de Marcelle Sauvageot
Marcelle Sauvageot

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.