Enfin, de son vil échafaud,
Le clown sauta si haut, si haut
Qu’il creva le plafond de toil Banville Théodore de

Enfin, de son vil échafaud,
Le clown sauta si haut, si haut
Qu’il creva le plafond de toiles
Au son du cor et du tambour,
Et, le coeur dévoré d’amour,
Alla rouler dans les étoiles.
Odes funambulesques (1874), Variations lyriques, Le Saut du tremplin
Citations de Théodore de Banville
Théodore de Banville