En adoucissant la voix de la sagesse, et en s’occupant un peu de la rendre aimable, on parviendrait Ségur Louis Philippe, comte de

Ajouter un commentaire

En adoucissant la voix de la sagesse, et en s’occupant un peu de la rendre aimable, on parviendrait à la faire accueillir des plus fous.
Pensées, maximes, réflexions
Citations de Louis Philippe, comte de Ségur
Louis Philippe, comte de Ségur

Laisser une réponse