Chacun doit infiniment plus au genre humain, qui est la grande patrie, qu’à la patrie particulière d Fénelon François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit

1 Commentaire

Chacun doit infiniment plus au genre humain, qui est la grande patrie, qu’ à la patrie particulière dans laquelle il est né.
Dialogues des morts (1712)
Citations de François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit Fénelon
François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit Fénelon

Une réponse à “Chacun doit infiniment plus au genre humain, qui est la grande patrie, qu’à la patrie particulière d Fénelon François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit”

  1. dicocitations

    Il est possible que la vie du genre humain n'ait aucune importance, donc sa disparition non plus… l'univers entier est peut-être inutile et vous avez peut-être raison de vouloir le faire sauter, ou de le grignoter au moins, créature par créature, morceau par morceau… Peut-être ne devez-vous pas le faire. Je ne sais plus du tout, moi, je ne sais plus du tout. Peut-être vous êtes dans l'erreur, peut-être l'erreur n'existe pas, peut-être c'est nous qui sommes dans l'erreur de vouloir exister…

    Tueur sans gages, Eugène Ionesco

    Répondre

Laisser une réponse