Beaucoup d’hommes ressemblent au verre, si uni, si poli et si doux au toucher tant qu’on ne le frois Jean-Paul Johann Paul Friedrich Richter, dit

Ajouter un commentaire

Beaucoup d’ hommes ressemblent au verre, si uni, si poli et si doux au toucher tant qu’ on ne le froisse ni ne le brise, mais qui devient alors singulièrement tranchant, et dont tous les éclats blessent.
Pensées extraites de tous les ouvrages de Johann Paul Friedrich Richter dit Jean-Paul
Citations de Johann Paul Friedrich Richter, dit Jean-Paul
Johann Paul Friedrich Richter, dit Jean-Paul

Laisser une réponse