Au premier froncement de sourcils que se permettrait ton mari, fière comme je le suis, ne quitterais Balzac Honoré de

Ajouter un commentaire

Au premier froncement de sourcils que se permettrait ton mari, fière comme je le suis, ne quitterais-je pas à l’ instant la maison ?
Le Contrat de mariage (1835)
Citations de Honoré de Balzac
Honoré de Balzac

Laisser une réponse