Adieu, monde de la Cour adieu, juges de la liberté humaine. Heureux celui qui vit et meurt chez lui, Lope de Vega Carpio Félix

Ajouter un commentaire

Adieu, monde de la Cour adieu, juges de la liberté humaine. Heureux celui qui vit et meurt chez lui, car les pauvres eux-mêmes sont rois chez eux.
El caballero de Olmedo (1620-1625)
Citations de Félix Lope de Vega Carpio
Félix Lope de Vega Carpio

Laisser une réponse