Absinthe, je t’adore, certes!
Il me semble, quand je te bois,
Humer l’âme des jeunes bois, Ponchon Raoul

Ajouter un commentaire

Absinthe, je t’ adore, certes!
Il me semble, quand je te bois,
Humer l’ âme des jeunes bois,
Pendant la belle saison verte.
La Muse au cabaret (1920), Five o’clock Absinthe, L’Absinthe
Citations de Raoul Ponchon
Raoul Ponchon

Laisser une réponse