A vingt ans, il s’était cru libéré des routines ou des préjugés qui paralysent nos actes et mettent Yourcenar Marguerite

Ajouter un commentaire

A vingt ans, il s’était cru libéré des routines ou des préjugés qui paralysent nos actes et mettent à l’entendement des oeillères, mais sa vie s’était passée ensuite à acquérir sou par sou cette liberté dont il avait cru d’emblée posséder la somme.
L’Oeuvre au noir (1968)
Citations de Marguerite Yourcenar
Marguerite Yourcenar

Laisser une réponse