Voilà bien ces yeux dont la flamme traverse le crépuscule; ces subtiles et terribles mirettes, que j Baudelaire Charles

Voilà bien ces yeux dont la flamme traverse le crépuscule; ces subtiles et terribles mirettes, que je reconnais à leur effrayante malice!
Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1862)
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.