Une coulée de végétation dévale le talus vers le lac comme une langue de bête assoiffée. Tesson Sylvain

Ajouter un commentaire

Une coulée de végétation dévale le talus vers le lac comme une langue de bête assoiffée.
Aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages (2008)
Citations de Sylvain Tesson
Sylvain Tesson

Laisser une réponse