Un peu de fulmi-coton dans l’oreille d’un monarque malade et le monarque explose. Prévert Jacques

1 Commentaire

Un peu de fulmi-coton dans l’ oreille d’ un monarque malade et le monarque explose.
Paroles (1946)
Citations de Jacques Prévert
Jacques Prévert

Une réponse à “Un peu de fulmi-coton dans l’oreille d’un monarque malade et le monarque explose. Prévert Jacques”

  1. dicocitations

    Riviera

    Assise sur une chaise longue
    une dame à la langue fanée
    une dame longue
    plus longue que sa chaise longue
    et très âgée
    prend ses aises
    on lui a dit sans doute que la mer était là
    alors elle la regarde
    mais elle ne la voit pas
    et les présidents passent et la saluent très bas
    c'est la baronne Crin
    la reine de la carie dentaire
    son mari c'est le baron Crin
    le roi du fumier de lapin
    et tous à ses grands pieds sont dans leurs petits souliers
    et ils passent devant elle et la saluent très bas
    de temps en temps
    elle leur jette un vieux cure-dents
    ils le sucent avec ravissement
    en continuant leur promenade
    leurs souliers neufs craquent et leurs vieux os aussi
    et des villas arrive une musique blême
    une musique aigre
    et sure
    comme les cris d'un nouveau-né trop longtemps négligé
    c'est nos fils
    c'est nos fils disent les présidents
    et ils hochent la tête doucement et fièrement
    et leurs petits prodiges
    désespérément
    se jettent à la figure leurs morceaux de piano
    la baronne prête l'oreille
    cette musique lui plaît
    mais son oreille tombe
    comme une vieille tuile d'un toit
    elle regarde par terre
    et elle ne la voit pas
    mais l'aperçoit seulement
    et la prend
    tout bonnement
    pour une feuille morte apportée par le vent
    c'est alors que s'arrête
    la triste clameur des enfants
    que la baronne n'entendait plus d'ailleurs
    que d'une oreille distraite
    et dépareillée
    et que surgissent brusquement
    gambadent dans sa pauvre tête
    en toute liberté
    les vieux refrains puérils méchants et périmés
    de sa mémoire inquiète usée et déplumée
    et comme elle cherche vainement
    pour passer le temps
    qui la menace et qui la guette
    un bon regret bien triste et bien attendrissant
    qui puisse la faire rire aux larmes
    ou même pleurer tout simplement
    elle ne trouve qu'un souvenir incongru inconvenant
    l'image d'une vieille dame assise toute nue
    sur la bosse d'un chameau
    et qui tricote méchamment une omelette au guano.

    Jacques Prévert, Paroles, Éditions Gallimard, 1949, p. 77-78

    Répondre

Laisser une réponse