Un matin de quatorze juillet
L’Arc de Triomphe était tout rayonnant de gloire
Tout un peup Boyer Lucien

Un matin de quatorze juillet
L’Arc de Triomphe était tout rayonnant de gloire
Tout un peuple chantait et riait
En attendant le défilé de la victoire
Soudain, Foch, à nos yeux apparut
Sous l’arche sainte où la France inscrit son histoire
Et dans un frisson, tout le peuple accouru
Répondit à son salut

Mais bientôt, précédés de Pétain
Les hommes bleus furent devant la multitude
Et la foule en un cri surhumain
Répondit aux clairons sonnant de leur voix rude
Au-dessus des drapeaux triomphants,
De son geste altier, la Marseillaise de Rude,
Aux grognards penchés dans les cieux palpitants
Semblait dire : « Vos enfants ! »
Marche des hommes bleus (1919)
Citations de Lucien Boyer
Lucien Boyer

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.