Un jour nous abattrons les cloisons de notre prison nous parlerons à des gens qui nous répondront le Blondin Antoine

Ajouter un commentaire

Un jour nous abattrons les cloisons de notre prison nous parlerons à des gens qui nous répondront le malentendu se dissipera entre les vivants les morts n’ auront plus de secrets pour nous. Un jour nous prendrons des trains qui partent.
L’Humeur vagabonde (1955)
Citations de Antoine Blondin
Antoine Blondin

Laisser une réponse