Tu vas me mépriser encore, mais de découvrir cela, tu verras, c’est la consolation dérisoire de viei Anouilh Jean

Ajouter un commentaire

Tu vas me mépriser encore, mais de découvrir cela, tu verras, c’est la consolation dérisoire de vieillir, la vie, ce n’est peut-être tout de même que le bonheur.
Antigone (1942)
Citations de Jean Anouilh
Jean Anouilh

Laisser une réponse