Tout le jour, où tu veux, tu mènes tes pieds nus, – Et fredonnes tout bas de vieux airs inconnus Baudelaire Charles

Ajouter un commentaire

Tout le jour, où tu veux, tu mènes tes pieds nus,
Et fredonnes tout bas de vieux airs inconnus …
Les Epaves (1866)
Citations de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire

Laisser une réponse