Toi aussi tu comprendras, en vieillissant, que les bois les plus durs sont ceux qui pourrissent le m Flaubert Gustave

Ajouter un commentaire

Toi aussi tu comprendras, en vieillissant, que les bois les plus durs sont ceux qui pourrissent le moins vite.
Correspondance, à Louise Colet, 25 février 1854
Citations de Gustave Flaubert
Gustave Flaubert

Laisser une réponse