Tes grandes visions étranglaient ta parole – Et l’infini terrible effara ton oeil bleu! Rimbaud Arthur

Ajouter un commentaire

Tes grandes visions étranglaient ta parole
Et l’ infini terrible effara ton oeil bleu!
Poésies (1870-1871), Ophélie
Citations de Arthur Rimbaud
Arthur Rimbaud

Laisser une réponse