Si l’homme parfois ne fermait pas souverainement les yeux, – Il finirait par ne plus voir ce qui vau Char René

Si l’homme parfois ne fermait pas souverainement les yeux, – Il finirait par ne plus voir ce qui vaut d’être regardé.
Feuillets d’Hypnos (1946)
Citations de René Char
René Char

One Response

  1. Cochonfucius décembre 5, 2011

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.