Ses cheveux semblaient deux masses d’or, mais ils étaient trop abondants et bourrelaient son front b Louÿs Pierre

Ses cheveux semblaient deux masses d’or, mais ils étaient trop abondants et bourrelaient son front bas de deux profondes vagues chargées d’ombre, qui engloutissaient les oreilles et se tordaient en sept tours sur la nuque.
Aphrodite (1929), I, 5
Citations de Pierre Louÿs
Pierre Louÿs

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.