Rien n’était plus froid, rien n’était plus mort que son coeur : il avait aimé un ange et il méprisai Leroux Gaston

Ajouter un commentaire

Rien n’ était plus froid, rien n’ était plus mort que son coeur : il avait aimé un ange et il méprisait une femme !
Le Fantôme de l’Opéra (1910)
Citations de Gaston Leroux
Gaston Leroux

Laisser une réponse