Rien n’est moins spectaculaire qu’un fléau et, par leur durée même, les grands malheurs sont monoton Camus Albert

Rien n’est moins spectaculaire qu’un fléau et, par leur durée même, les grands malheurs sont monotones.
La Peste (1947)
Citations de Albert Camus
Albert Camus