Qui que ce soit, tu dors, tu n’es pas son amante. – Les songes de tes nuits sont plus purs que le Musset Alfred de

Ajouter un commentaire

Qui que ce soit, tu dors, tu n’ es pas son amante.
Les songes de tes nuits sont plus purs que le jour,
Et trop jeunes encor pour te parler d’ amour.
Poésies nouvelles (1836-1852)
Citations de Alfred de Musset
Alfred de Musset

Laisser une réponse