Que cherchez-vous à m’expliquer? Que la population rétrograde du Wisconsin pratique la conspiration Simak Clifford Donald

2 Commentaires

Que cherchez-vous à m’ expliquer? Que la population rétrograde du Wisconsin pratique la conspiration du silence?
Au carrefour des étoiles (1963)
Citations de Clifford Donald Simak
Clifford Donald Simak

2 réponses à “Que cherchez-vous à m’expliquer? Que la population rétrograde du Wisconsin pratique la conspiration Simak Clifford Donald”

  1. Cochonfucius

    Ils font ça surtout au moment de la confession.

    Répondre
  2. dicocitations

    http://livres.dreamsgate.fr/e-books/anticipation/

    Le sud-ouest de l’Etat du Wisconsin est borné par deux fleuves, le Mississippi à l’ouest et le Wisconsin au nord. A l’intérieur le pays est plat : la prairie, une terre riche, des fermes et des villes prospères. Mais, dans la zone des cours d’eau, le terrain est accidenté : de hautes collines, des à-pics, des ravins profonds, des falaises escarpées. Il y a là des enclaves isolées, coupées du reste du monde. Le réseau routier est insuffisant et les petites fermes rudimentaires abritent des gens plus proches de l’âge des pionniers que du XXe siècle. Evidemment, ils ont des voitures, ils ont la radio et, un jour, ils auront sans doute aussi la télévision. Mais, intellectuellement parlant, c’est une population rétrograde où l’esprit de clan est encore très vif. Tous les gens ne sont pas comme cela, évidemment. Je dirai même qu’il ne s’agit en fait que d’une minorité. Néanmoins, il existe des îlots isolés.
    » Autrefois, dans ces enclaves, il y avait un grand nombre d’exploitations agricoles mais, de nos jours, on ne peut guère gagner sa vie dans ces petites fermes. Les conditions économiques déterminent un lent exode. Les fermiers vendent leurs terres au plus offrant et s’en vont. Ils s’installent surtout dans les villes où il est plus facile de gagner son pain.
    Hardwicke hocha la tête.
    — De sorte que, bien entendu, ceux qui restent sont les plus arriérés, les plus attachés à l’esprit de clan ?
    — Exactement. A l’heure qu’il est, la quasi-totalité des terres est détenue par des propriétaires absentéistes qui ne feignent même pas de la travailler. A la rigueur, ils peuvent élever quelques têtes de bétail mais cela ne va pas plus loin. Sur le plan fiscal, c’est une solution qui
    présente un certain intérêt : une grande partie des biens fonciers est hypothéquée à l’heure actuelle.
    — Que cherchez-vous à m’expliquer ? Que la population rétrograde du Wisconsin pratique la conspiration du silence ?
    Lewis hésita.
    — La formule est un peu brutale. C’est plutôt sa façon d’être. Un vestige de la mentalité des pionniers d’antan. On ne s’occupe pas des affaires d’autrui. On n’aime pas qu’on vienne vous embêter et on n’embête pas le voisin. Si un gars prétend vivre dix siècles, c’est peut-être prodigieux, mais ça le regarde. Et s’il a envie d’être seul et qu’on lui fiche la paix, eh bien, ce sont ses oignons. Les gens en parlent peut-être entre eux. Mais seulement entre eux. Si un étranger cherche à mettre les pieds dans le plat, ils sont furieux.

    Répondre

Laisser une réponse