Quand tu t’adresses à quelqu’un, à un zèbre, à un palotin, enfin à un monsieur très bien, c’est-à-di Duhamel Georges

Ajouter un commentaire

Quand tu t’ adresses à quelqu’ un, à un zèbre, à un palotin, enfin à un monsieur très bien, c’ est-à-dire à un type quelconque, donne-lui toujours tous ses titres, et même ceux qu’ il n’ a pas.
Chronique des Pasquier (1933-1945)
Citations de Georges Duhamel
Georges Duhamel

Laisser une réponse