Quand on remonte le cours des âges, et que se déroule aux yeux le sombre tableau du passé, l’âme fré Orsini Felice

Quand on remonte le cours des âges, et que se déroule aux yeux le sombre tableau du passé, l’âme frémit d’horreur et de honte, car partout l’on trouve le faible humilié, foulé aux pieds, le droit méconnu, l’audace et l’iniquité triomphantes.
Les Donjons Autrichiens en Italie (1856)
Citations de Felice Orsini
Felice Orsini

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.