Quand je m’avise du mépris dont pâtissent tous ceux qui essaient de dérider leurs contemporains, je Bouvard Philippe

Quand je m’avise du mépris dont pâtissent tous ceux qui essaient de dérider leurs contemporains, je donnerais parfois, pour ne plus être un rigolo, presque autant que ce qu’on m’alloue pour l’être.
Mille et une pensées (2005)
Citations de Philippe Bouvard
Philippe Bouvard