Puisque je pars dans quelques heures, je puis vous avouer la cause de toutes mes folies: j’aime. Stendhal Henri Beyle dit

1 Commentaire

Puisque je pars dans quelques heures, je puis vous avouer la cause de toutes mes folies: j’ aime.
Lettre à Madame C à Paris, 9 février 1830.
Citations de Henri Beyle dit Stendhal
Henri Beyle dit Stendhal

Une réponse à “Puisque je pars dans quelques heures, je puis vous avouer la cause de toutes mes folies: j’aime. Stendhal Henri Beyle dit”

  1. dicocitations

    Paris, le 9 février 1850
    Lettre de Stendhal

    Vous savez, ma chère amie, l'attrait dramatique que l'ancienne Venise a pour moi; une anecdote fort piquante, portrait de mœurs très-mouvant, m'a été contée un de ces soirs par le charmante …… qui l'avait lue dans un vieux manuscrit de famille. Mon imagination s'est échauffée; lisez cette ébauche, et que votre jugement de femme décide si je dois continuer ou en rester là.

    Fario. — Mon frère, je le jure par le saint nom de Dieu, il n'y a pas dans la belle Venise un fils qui aime son père comme je vous aime; vous m'aviez conseillé de ne pas sortir de notre palais; mais, puisque je pars dans quelques heures, je puis vous avouer la cause de toutes mes folies : j'aime. Ce n'est pas un goût léger que je me permettrais d'avouer à un frère si respectable par son âge, par ses dignités, par ses grandes actions. Il y a deux ans que j'aime la femme de Venise la mieux gardée; c'est pour elle que je ne vous ai pas suivi à votre campagne de Candie. Enfin (il pleure) ne vous attendez à rien de raisonnable de moi aujourd'hui. Quitter Venise est une action au-dessus de mes forces ; l'âme ne doit pas souffrir davantage à se séparer du corps.

    Répondre

Laisser une réponse