Philippe: Tu aurais déifié les hommes, si tu ne les méprisais. – – Lorenzo: Je ne les méprise point Musset Alfred de

Philippe: Tu aurais déifié les hommes, si tu ne les méprisais. – – Lorenzo: Je ne les méprise point, je les connais. Je suis très persuadé qu’il y en a très peu de méchants, beaucoup de lâches, et un grand nombre d’indifférents.
Lorenzaccio (1833)
Citations de Alfred de Musset
Alfred de Musset

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.