Peut-être ne guérit-on pas de ses premières amours. Peut-être, dans la générosité de la jeunesse, fa Cunningham Michael

1 Commentaire

Peut-être ne guérit-on pas de ses premières amours. Peut-être, dans la générosité de la jeunesse, faisons-nous facilement et presque arbitrairement don de notre affection, avec la fausse certitude que nous aurons toujours plus à donner.
La Maison du bout du monde (1990)
Citations de Michael Cunningham
Michael Cunningham

Une réponse à “Peut-être ne guérit-on pas de ses premières amours. Peut-être, dans la générosité de la jeunesse, fa Cunningham Michael”

  1. dicocitations

    Ce qui avait changé, ce qui me donnait la force de réfléchir à cette perte, de la ressentir, puis de sourire et de plaisanter, c'était la croyance, la certitude inébranlable qu'il était permis, et même parfaitement acceptable, d'éprouver de la tristesse au souvenir du passé, pourvu que l'on n'oublie pas de se tourner vers l'avenir. Je savais pourquoi j'étais triste, mais, plus important, je savais désormais comment je pourrais être heureux.

    Ni fleurs, ni couronnes, James Birrell

    Répondre

Laisser une réponse