On se laissait dominer à l’amour. Bossuet Jacques Bénigne