On rencontre chez les personnes mûres un habile abandon, une commodité, on ne sait quoi qui insensib Toulet Paul-Jean

1 Commentaire

On rencontre chez les personnes mûres un habile abandon, une commodité, on ne sait quoi qui insensiblement engage. Tels ces livres qu’ a fatigués mainte lecture, mais qu’ on retrouve avec plaisir: qui, d’ eux-mêmes, s’ ouvrent aux bonnes pages.
Monsieur du Paur, homme public (1898)
Citations de Paul-Jean Toulet
Paul-Jean Toulet

Une réponse à “On rencontre chez les personnes mûres un habile abandon, une commodité, on ne sait quoi qui insensib Toulet Paul-Jean”

  1. Comptine

    Préface de Victor Hugo à Sésame et les Lys : des trésors des rois, des jardins des reines [Traduction de Sesame and Lilies : Two lectures delivered at Manchester in 1864] – Auteur: Ruskin, John (1819-1900)
    Traducteur: Proust, Marcel (1871-1922)
    Date de la première publication: 1906

    Si le goût des livres croît avec l'intelligence, ses dangers, nous l'avons vu, diminuent avec elle. Un esprit original sait subordonner la lecture à son activité personnelle. Elle n'est plus pour lui que la plus noble des distractions, la plus ennoblissante surtout, car, seuls, la lecture et le savoir donnent les «belles manières» de l'esprit. La puissance de notre sensibilité et de notre intelligence nous ne pouvons la développer qu'en nous-mêmes, dans les profondeurs de notre vie spirituelle. Mais c'est dans ce contact avec les autres esprits qu'est la lecture, que se fait l'éducation des «façons» de l'esprit. Les lettrés restent, malgré tout, comme les gens de qualité de l'intelligence, et ignorer certain livre, certaine particularité de la science littéraire, restera toujours, même chez un homme de génie, une marque de roture intellectuelle. La distinction et la noblesse consistent, dans l'ordre de la pensée aussi, dans une sorte de Franc-maçonnerie d'usages, et dans un héritage de traditions

    Répondre

Laisser une réponse