Oh! La muse se doit aux peuples sans défense – J’oublie alors l’amour, la famille, l’enfance, – Et l Hugo Victor

Oh! La muse se doit aux peuples sans défense – J’oublie alors l’amour, la famille, l’enfance, – Et les molles chansons et le loisir serein, – Et j’ajoute à ma lyre une corde d’airain!
Les Feuilles d’automne (1831), Amis, un dernier mot!
Citations de Victor Hugo
Victor Hugo