O de la puberté la terrible démence !
Qui ne les connut pas ces amours de treize ans ?
So Barbey d’Aurevilly Jules Amédée

Ajouter un commentaire

O de la puberté la terrible démence !
Qui ne les connut pas ces amours de treize ans ?
Solfatares du coeur qui brûlent en silence,
Embrasements, étouffements !
Poussières (1854)
Citations de Jules Amédée Barbey d’Aurevilly
Jules Amédée Barbey d’Aurevilly

Laisser une réponse