Nous (les Américains) ne passons pas notre temps à vouloir être seul; on devient méprisant quand on Handke Peter

Ajouter un commentaire

Nous (les Américains) ne passons pas notre temps à vouloir être seul; on devient méprisant quand on reste seul, on ne fait plus que se renifler soi-même et quand on n’ a plus que soi-même comme interlocuteur, on s’ arrête de parler dès le premier mot.
La courte lettre pour un long adieu
Citations de Peter Handke
Peter Handke

Laisser une réponse