Nous entendîmes, après dîner, le sermon du Bourdaloue, qui frappe toujours comme un sourd, disant de Sévigné Marie de Rabutin-Chantal, marquise de

Nous entendîmes, après dîner, le sermon du Bourdaloue, qui frappe toujours comme un sourd, disant des vérités à bride abattue, parlant contre l’adultère à tort et à travers: sauve qui peut, il va toujours son chemin.
Lettres (1646-1696)
Citations de Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné
Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.