Notre époque, qui préfère les poètes aux philosophes et les enfants aux sages, tend à oublier que la Comte-Sponville André

Notre époque, qui préfère les poètes aux philosophes et les enfants aux sages, tend à oublier que la tempérance est une vertu, pour ne plus y voir qu’une hygiène. Pauvre époque, qui ne sait mettre au-dessus des poètes que les médecins!
Petit traité des grandes vertus (1995)
Citations de André Comte-Sponville
André Comte-Sponville

One Response

  1. dicocitations mai 15, 2011

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.