Notre époque, qui préfère les poètes aux philosophes et les enfants aux sages, tend à oublier que la Comte-Sponville André

1 Commentaire

Notre époque, qui préfère les poètes aux philosophes et les enfants aux sages, tend à oublier que la tempérance est une vertu, pour ne plus y voir qu’ une hygiène. Pauvre époque, qui ne sait mettre au-dessus des poètes que les médecins!
Petit traité des grandes vertus (1995)
Citations de André Comte-Sponville
André Comte-Sponville

Une réponse à “Notre époque, qui préfère les poètes aux philosophes et les enfants aux sages, tend à oublier que la Comte-Sponville André”

  1. dicocitations

    L'être humain obéit pour ne pas mourir. C'est le théorème de l'enfant sage : si tu es sage, tu auras de bonnes notes, un métier, une maison, une femme, et ni toi ni aucun de ceux que tu aimes ne mourra. On finit par découvrir que c'est de la foutaise, mais ça marche sacrément longtemps.

    Peut-être une histoire d'amour, Martin Page

    Répondre

Laisser une réponse