N’ayant rien vu qui ressemblât à un étang, et craignant d’être sur la mauvaise route, il s’arrêta et Yoshikawa Eiji

N’ayant rien vu qui ressemblât à un étang, et craignant d’être sur la mauvaise route, il s’arrêta et regarda autour de lui. Dans l’océan de ténèbres, il put distinguer une ferme isolée et un rideau d’arbres, dominés par la sombre montagne.
Musashi, La Parfaite Lumière (2000)
Citations de Eiji Yoshikawa
Eiji Yoshikawa

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.