N’allons point plus avant. Demeurons, chère Oenone. – Je ne me soutiens plus: ma force m’abandonne. Racine Jean

N’allons point plus avant. Demeurons, chère Oenone.
Je ne me soutiens plus: ma force m’abandonne.
Mes yeux sont éblouis du jour que je revoi,
Et mes genoux tremblants se dérobent sous moi.
Hélas!
Phèdre (1677), I, 3, Phèdre
Citations de Jean Racine
Jean Racine

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.