Mon coeur, si doux à prendre – Entre tes mains, – Ouvre-le, ce n’est rien – Qu’un peu de cendre. Toulet Paul-Jean

1 Commentaire

Mon coeur, si doux à prendre – Entre tes mains, – Ouvre-le, ce n’ est rien – Qu’ un peu de cendre.
Les Contrerimes (1979)
Citations de Paul-Jean Toulet
Paul-Jean Toulet

Une réponse à “Mon coeur, si doux à prendre – Entre tes mains, – Ouvre-le, ce n’est rien – Qu’un peu de cendre. Toulet Paul-Jean”

  1. Cochonfucius

    On n'est pas sérieux quand on a cinquante ans,
    N'étant plus agité des passions de jeunesse,
    Ne brûlant presque plus, aimant l'amour, pourtant,
    N'ayant plus trop le goût de tenir des promesses.

    On se dit que bientôt arrivera le temps
    Des premiers petits chocs de déclin, de vieillesse,
    On dit « ne craignons rien, ce n'est pas important »,
    On s'enfonce un peu plus en ignoble paresse.

    Et puis on est scotché par une voix de femme,
    Et sans l'avoir prévu voilà qu'on vit un drame,
    Et l'on se dit « pourquoi ne suis-je déjà mort ? »

    Ne pouvant plus parler, contemplant le ciel vide,
    L'homme de cinquante ans, dont le coeur est limpide,
    Bestiau pour l'abattoir, se résigne à son sort.

    Répondre

Laisser une réponse