Mais, le péril passé, l’on ne se souvient guère – De ce qu’on a promis aux Cieux: – On compte La Fontaine Jean de

Mais, le péril passé, l’on ne se souvient guère
De ce qu’on a promis aux Cieux:
On compte seulement ce qu’on doit à la terre.
Fables (1668 à 1694), Livre neuvième, XIII, Jupiter et le Passager
Citations de Jean de La Fontaine
Jean de La Fontaine

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.