Mais le moindre grain de mil – Serait bien mieux mon affaire. La Fontaine Jean de

1 Commentaire

Mais le moindre grain de mil – Serait bien mieux mon affaire.
Fables (1668 à 1694), Livre premier, XX, le Coq et la Perle
Citations de Jean de La Fontaine
Jean de La Fontaine

Une réponse à “Mais le moindre grain de mil – Serait bien mieux mon affaire. La Fontaine Jean de”

  1. dicocitations

    Morale de Jean de La Fontaine

    Femmes (les) et le Secret (VIII, 6)

    Rien ne pèse tant qu'un secret ;
    Le porter loin est difficile aux dames :
    Et je sais même sur ce fait
    Bon nombre d'hommes qui sont femmes.

    Fermier (le), le Chien, et le Renard (Xl,3)

    Toi donc, qui que tu sois, ô père de famille
    (Et je ne t'ai jamais envié cet honneur),
    T'attendre aux yeux d'autrui quand tu dors, c'est erreur.
    Couche-toi le dernier, et vois fermer ta porte.
    Que si quelque affaire t'importe,
    Ne la fais point par procureur.

    Fille (la) (VII, 5)
    Même morale que celle de la fable "Le héron" (fables doubles)

    Forêt (la) et le Bûcheron (XII, 16)

    Voilà le train du monde et de ses sectateurs.
    On s'y sert du bienfait contre les bienfaiteurs.
    Je suis las d'en parler ; mais que de doux ombrages
    Soient exposés à ces outrages,
    Qui ne se plaindrait là-dessus !
    Hélas ! j'ai beau crier et me rendre incommode :
    L'ingratitude et les abus
    N'en seront pas moins à la mode.

    Fortune (la) et le Jeune Enfant (V, 11)
    Est-on sot, étourdi, prend-on mal ses mesures ;
    On pense en être quitte en accusant son sort.
    Bref la Fortune a toujours tort.

    Fou (le) qui vend la sagesse (IX, 8)

    Jamais auprès des fous ne te mets à portée:
    Je ne te puis donner un plus sage conseil.
    Il n'est enseignement pareil
    A celui-là de fuir une tête éventée.

    Frelons (les) et les Mouches à miel (I, 21)

    A l'oeuvre on connait l'artisan

    Répondre

Laisser une réponse