Mais le dernier homme était resté là, sur le chemin. Il posa son fusil par terre, déboucla son ceint Perret Jacques

Ajouter un commentaire

Mais le dernier homme était resté là, sur le chemin. Il posa son fusil par terre, déboucla son ceinturon d’ un geste fébrile, s’ empêtra quelques secondes dans ses buffleteries et posa culotte.
Bande à part (1951)
Citations de Jacques Perret
Jacques Perret

Laisser une réponse