Longtemps, on reste sur cette terre comme une chenille, dans l’attente du papillon splendide et diap Littell Jonathan

Longtemps, on reste sur cette terre comme une chenille, dans l’attente du papillon splendide et diaphane que l’on porte en soi. Et puis, le temps passe, la nymphose ne vient pas, on reste larve, constat affligeant, qu’en faire
Les Bienveillantes (2006)
Citations de Jonathan Littell
Jonathan Littell

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.